Le 26 juin 2012 dans Clients

Bricorama dopé par le Click and Collect Proximis

BRICORAMALes clients qui se déplacent, dépensent plus ! Raison pour laquelle l’enseigne Bricorama (bricolage) propose depuis le 10 avril aux internautes qui achètent sur son site, de retirer leur commande en magasin (click and collect), s’ils le souhaitent.

Le panier moyen des e-acheteurs qui passent récupérer leur commande est 30% plus élevé que celui des clients qui se font livrer et 8 fois supérieur à celui de ceux qui font leurs courses dans l’un des points de vente. Cela s’explique par l’absence de frais de port qui incite à dépenser plus. C’est aussi lié au fait que les acheteurs accèdent, grâce au click and collect, à des références à plus forte valeur, absentes du site jusque là pour raisons logistiques. « Le carrelage et les plaques de BA 13 sont trop lourds et trop fragiles pour être livrés à domicile », explique Isabelle Véron, la responsable e-commerce de Bricorama. A terme, les 50 000 références vendues dans les 135 magasins de l’enseigne figureront sur le site, contre 10 000 environ actuellement.

D’un point de vue technique, l’intégration du Click and Collect Proximis (www.proximis.com) sur bricorama.fr a été une formalité. « C’est un widget qu’on intègre à nos pages sans avoir à faire de développement informatique », se félicite Isabelle Véron. La simplicité de la solution pourrait encourager d’autres enseignes à sauter le pas. Car pour l’heure seuls une petite vingtaine de distributeurs proposent le retrait des achats en magasin en France (1). C’est dérisoire en comparaison de la Grande-Bretagne où de très nombreuses enseignes proposent cette option de livraison et où plus de 10% des achats effectués en ligne à Noël dernier (soit près d’un milliard d’euros (2)) se sont conclus par un retrait en magasin !

Notes
(1) : il s’agit ici des produits commandés en ligne, préparés sur le stock du magasin et retirés par l’internaute dans le point de vente. N’en font pas partie, les produits commandés en ligne, préparés en entrepôt, que le client vient ensuite chercher en magasin.

(2) : IMRG, l’association professionnelle du e-commerce britannique chiffre à 7,9 milliards de livres (9,8 milliards€), les ventes du e-commerce en Grande-Bretagne à Noël 2011.

Source : Olivier Bitoun, Journaliste E-Tailing Club, Newsletter Juin 2012.

Comments

comments