Le 19 juillet 2013 dans Web to Store

« 47% des ventes sur Mr-Bricolage.fr sont retirées en magasin »

A3sXQgzDrYz7UYSDid_BWzl72eJkfbmt4t8yenImKBXEejxNn4ZJNZ2ss5Ku7Cxt

L’enseigne a attendu décembre 2012 pour vendre en ligne. Profitant du savoir-faire du Jardin de Catherine, elle déploie désormais massivement le web-to-store, explique son PDG.

JDN. Sur l’exercice 2012, l’activité de vos magasins intégrés a baissé de 4% et celle de vos adhérents n’a augmenté que de 0,7%.

 

Quelles sont vos priorités actuelles et comment s’y intègre Internet ?
Jean-François Boucher.  Le premier axe est celui de la proximité. Par nos trois enseignes (Mr Bricolage, Briconautes, L’Entrepôt du Bricolage), nos formats de magasins de 1 000 à 10 000 mètres carrés, notre présence en zone rurale comme en centre-ville, nous continuons à nous rapprocher de nos clients. Le second axe réside dans l’animation de notre réseau. Cela passe par l’extension des assortiments, l’accroissement de notre notoriété, l’amélioration de nos outils logistiques ou encore le développement de nos marques de distributeur. Le troisième axe est le web-to-store, qui accompagne l’évolution des comportements des consommateurs.
Pourquoi avez-vous racheté le pure player Le Jardin de Catherine, en juillet 2012 ?
La finalité n’était pas d’acquérir une société opérant un ou deux sites e-commerce, mais, bien plus largement d’accompagner la démarche des clients de Mr Bricolage. Le Jardin de Catherine possédait le savoir-faire de la vente en ligne et de la logistique propre à l’e-commerce. Les fondateurs, Catherine et Eric Poncin, sont d’ailleurs toujours dans l’entreprise. Ils nous ont permis de mettre en place la stratégie e-commerce de Mr Bricolage, qui a abouti 4 mois après le rachat au lancement de notre premier site marchand, Mr-Bricolage.fr, en décembre.

See on www.journaldunet.com

Comments

comments