Et si la seconde main était la carte secrète du Père Noël cette année ?

Phénomène de mode et changement profond, la seconde main n’a jamais autant eu la côte que maintenant. Cette tendance s’étend désormais à plusieurs secteurs d’activité. Déjà populaire depuis longtemps dans certains domaines comme celui de l’automobile, la seconde main est désormais recherchée ailleurs comme dans la puériculture, l’habillement ou le luxe pour ne citer que quelques exemples.

A l’approche des fêtes de fin d’année, la dernière étude menée par OpinionWay et i love retail pour Proximis1 révèle que le pouvoir d’achat des Français est en baisse:

  • Plus d’1 Français sur 2 (58%) estime que ses dépenses de Noël 2021 seront fortement impactées par la hausse des prix du carburant, de l’énergie et des produits alimentaires.
  • Dans ce contexte difficile, plus de la moitié des Français achètera des cadeaux moins chers (56%) ou réduira le nombre de cadeaux (51%).  En effet, un tiers des Français achètera moins de cadeaux que l’an dernier (61% autant, et seulement 5% plus). 

Pour se faire plaisir à prix réduit, la seconde main est une excellente opportunité. Selon un sondage de Kantar, 32% ont déjà acheté du prêt-à-porter en seconde main*. Ce chiffre a doublé en l’espace d’un an et la tendance n’est pas prête de s’inverser. Plus largement, ce sont de 70% des Français qui envisagent d’acheter seconde main sur le web tous secteurs confondus en 2021**.

Ainsi, l’hyperconsommation comme la fast fashion entame son déclin. 

 » Avec une nécessité avérée de se convertir à ce nouveau mode de consommation, de grandes enseignes se font désormais accompagner dans ce changement majeur de leur business model pour répondre aux nouveaux enjeux environnementaux et sociaux. Des éditeurs de solutions comme Origami Marketplace aide les retailers à reprendre le contrôle de leur seconde main pour proposer aux consommateurs une offre plus complète alliant produits neufs et d’occasions au sein d’une même plateforme.  » – Alexandre Duquenoy, CSO & Co-fondateur d‘Origami Marketplace.

Afin de mieux répondre aux nouveaux comportements d’achat des consommateurs, plusieurs marques se sont mises au pas. Certains décrivent le marché de la seconde main comme le “nouvel eldorado” des enseignes de prêt-à-porter. Avec en tête de file des plateformes telles que Vinted pour l’habillement entre autres, Backmarket pour l’électroménager, Biked pour les vélos, nous voyons d’autres enseignes françaises surfer la vague comme La Redoute et Décathlon et des plus petites comme Petit Bateau et Bocage.

Si les comportements d’achat évoluent effectivement vers une consommation plus responsable, les attentes des consommateurs demeurent élevées tant pour les produits neufs que la seconde main. Les nouveaux services de livraison proposés par Vinted par exemple ont permis à la plateforme de recruter plus d’adhérents. En effet, offrir accès à la seconde ne devrait pas se faire au détriment de l’expérience d’achat.

“ Profiter de son réseau de magasin et de l’expertise de ses vendeurs  est une vraie opportunité pour collecter les produits de seconde main. Couplé au commerce unifié,  le site e-commerce est une vitrine pour ces produits de seconde main, en proposant différentes possibilités pour le consommateur : les voir en magasin, les réserver, les retirer en magasin ou se faire livrer. “ – Guillaume Vanbrugghe – Head of Innovation, Proximis

Pour les fêtes de fin d’année, il est donc à parier que le Père Noël choisira les marques qui proposent un parcours d’achat fluide. Aussi bien en ligne qu’en magasin. Si son regard se pose sur des articles de seconde main et que son expérience d’achat est sans couture entre les différents services de livraison proposés comme cela peut-être le cas pour les produits neufs, il est fort probable que cela vole la vedette aux produits neufs sur étagère. La voilà la formule gagnante! D’ailleurs, nous avons ce qu’il faut dans la hotte pour le rendre possible et c’est par ici.

(*) Textile : les achats « seconde main » pèsent 1,240Md€
(**) Etude : Les Français et l’économie circulaire – Webloyalty & Toluna – Février 2021